Sur les animaux

Vers l'écologie de l'écureuil commun (Sciurus vulgaris Linnaeus, 1758) en Yakoutie occidentale Texte complet de l'article scientifique sur le sujet - Sciences biologiques

Pin
Send
Share
Send


L'écureuil noir de Delmarve est en danger. La population totale est inconnue, mais a apparemment toujours été petite.

Les deux populations les plus stables du comté de Dorchester en 1978 totalisaient 450 et 250 individus. Cette année, il y avait environ 80 à 100 écureuils sur l'île Chincoteigue.

La diminution du nombre, apparemment, est associée à une violation de l'habitat, à leur chasse et à la concurrence des écureuils gris. Protégé par la loi.

Le texte des travaux scientifiques sur le thème "Sur l'écologie de l'écureuil commun (Sciurus vulgaris Linnaeus, 1758) en Yakoutie occidentale"

À L'ÉCOLOGIE DE LA PROTÉINE ORDINAIRE (SCIURUS VULGARIS LINNAEUS, 1758) YAKUTIA OCCIDENTALE

V.T. Institut Sedalishchev des problèmes biologiques de la cryolithozone SB RAS, 677891, Yakutsk. e-mail: [email protected]

L'article traite de l'écologie de la protéine commune, y compris des aspects de la nutrition, de la reproduction, de la composition par âge de la population, du nombre. L'effet de la chasse sur l'abondance des protéines est également considéré.

L'écologie de l'écureuil commun qui vit en Yakoutie a été étudiée dans les années 50 du siècle dernier. Des études ont été menées dans presque toutes les régions de la république, mais un matériel considérable a été collecté dans les régions du sud. Par conséquent, les documents publiés sur l'écologie des protéines en Yakoutie occidentale ne suffisent pas (Egorov, 1961).

Au cours des 30 à 40 dernières années, dans la région, ainsi que dans la république dans son ensemble, il y a eu une diminution du nombre d'écureuils et des préparations de ses peaux. À cet égard, il est devenu nécessaire de poursuivre les recherches sur l'écologie de cette espèce.

Le groupe des districts occidentaux (Vilyuisky) regroupe les districts de Verkhnevilyuisky, Vilyuisky, Nyurbinsky, Mirny, Suntarsky et Kobyaysky (parties de la rive gauche de la rivière Lena). La superficie totale de la région est de 48107,4 milliers d'hectares, dont 35239,6 milliers d'hectares de forêts. La superficie couverte de forêt est de 30596,5 mille ha. Y compris ceux non couverts par la forêt: plaines - 3320,3, brûlées - 1231,1, clairières - 71,8 et clairières - 19,4 milliers d'hectares. Le couvert forestier de la région est de 73%. Les principales espèces forestières - le mélèze de Daurien occupe 86% de la superficie boisée. Il est distribué dans toute la Yakoutie occidentale. Les terres forestières de la Yakoutie occidentale sont beaucoup plus riches que les régions du nord-est, de Kolyma-Indigir et du nord-ouest (Shcherbakov, 1975).

Le climat est tempéré, aride. La durée de la période sans gel varie de 55 à 100 jours selon les conditions locales. Les précipitations annuelles sont de 200 à 300 mm.

Le matériel a été collecté de 1981 à 1994 et en 2001-2010. dans les régions de Vilyui-sky, Verkhnevilyui, Nyurba et Kobiai. Un parcours de 1798 km a été parcouru. L'abondance des écureuils en automne (par la gorge noire) a été déterminée sur la base d'un comptage sur bandes test à l'aide d'un chien husky. Au cours du parcours, toutes les protéines aboyées par le chien ont été prises en compte. La largeur de la bande d'enregistrement était égale à la largeur de la fouille du chien (50-100 m). Lors du comptage des animaux, de nouvelles traces ont été notées dans les traces. Il a été transformé 2002 carcasses d'écureuils, qui ont été achetés auprès des chasseurs. La collecte et le traitement du matériel ont été effectués par des méthodes généralement acceptées (Novikov, 1953, Schwartz et al., 1968). L'âge des protéines a été déterminé par des changements dans le système dentaire de la mâchoire supérieure (Kiris, 1937), lorsque, en train d'effacer les indigènes

dents (à la suite desquelles des affleurements de dentine apparaissent sur les endroits les plus frottants), les animaux sont divisés en groupes d'âge à partir de 6 mois et plus. Au cours de la rédaction de l'article, des documents provenant d'organisations ministérielles ont été utilisés (antenne de Yakutsk du VNIIOZ, ministère de l'Agriculture, ministère des Forêts, comité d'État des statistiques, département des ressources biologiques du ministère des Richesses naturelles de la Yakoutie). D'anciens employés de Ya VNIIOZ R.K. ont participé à la collecte et au traitement du matériel. Anikin, M.I. Larionov et V.V. Sokolov, avec qui l'auteur a travaillé de 1980 à 1994.

Les terres des écureuils de la Yakoutie occidentale sont de grands mélèzes le long des bords des terrasses des plaines inondables et des vallées de canaux, de grands mélèzes à troncs avec un mélange d'épinettes et de bouleaux le long des bords des alases, de grandes forêts de mélèzes à troncs sur les bassins versants et les espaces entre les rainures, les mélèzes, les arbustes nains et les arbustes nains des rubans étroits de forêts d'épinettes le long des rives des rivières, des anneaux de yerniks autour des alases et des pinèdes (Egorov, 1961)

Les principales terres à écureuils sont situées dans les districts de Verkhnevilyui, Vilyui, Nyurba et Suntara. La superficie des écureuils en Yakoutie occidentale est de 19667,1 mille ha.

Au cours des 20 dernières années, les stocks de peaux d'écureuil en Yakoutie occidentale et en Yakoutie dans son ensemble ont fortement diminué. Si dans les années 40 du siècle dernier, en moyenne, 386,6 mille peaux d'écureuil étaient récoltées par an, alors pour la période 1990-1999. et 2000-2009 ils ont diminué à 41,3 et 40,0 milliers d'unités, soit ils ont diminué de 9,3 et 9,6 fois (tableau. 1).

Tableau 1. Dynamique de l'approvisionnement en peaux d'écureuil en Yakoutie et dans les régions de la Yakoutie occidentale pour la période 1940-2009. (moyenne annuelle depuis des décennies)

Périodes En Yakoutie, en milliers d'unités En Yakoutie occidentale

mille pièces % de l'approvisionnement républicain

1940-1949 1541,8 386,2 25,0

1950-1959 1142,6 346,4 30,3

1960-1969 720,0 221,6 30,8

1970-1979 482,7 122,1 25,3

1980-1989 235,5 91,1 38,7

1990-1999 107,2 41,3 38,5

2000-2009 70,8 40,0 56,5

Dans les années 60, la production de peaux d'écureuil dans les régions de la Yakoutie occidentale était de 50 pièces. pour 1000 hectares (Belyk, 1965), au début des années 80 - 8,3 (Androsov, Sedalishchev, 1982) et en 2000-2009. - 2.1 skins.

La diminution de la proportion de produits de l'écureuil dans les blancs de fourrure est en partie due à l'augmentation de la récolte de peaux d'espèces telles que

le rat musqué et la zibeline, qui dans les années 40-50 ne jouaient aucun rôle en Yakoutie.

Les conditions d'existence de la protéine et son abondance sont fortement affectées par les facteurs climatiques et les incendies de forêt. Certaines années, tous les animaux nés de la première génération peuvent mourir de gel en avril (Belyk, 1970). De plus, le nombre de protéines dépend de l'approvisionnement alimentaire, de la biologie de la reproduction des conifères, de l'intensité de la pêche et de l'influence des prédateurs (Androsov, Sedalishchev, 1982, Belyk, 1965, 1967, Gryaznukhin, 1971, Revin, 1983, Sedalishchev, Larionov, 1989).

Cependant, le principal facteur dont dépend la dynamique du nombre de protéines est le rendement des graines de mélèze. Même pendant les années de vaches maigres sur les graines de mélèze, les protéines existent dans une large mesure en raison des graines préservées des cultures passées. Cela explique la divergence fréquente dans de nombreuses régions de la dynamique des écureuils et des périodes d'échec des cultures de mélèze daurien (Androsov, Sedalishchev, 1982, Belyk, 1965, Egorov, 1961). Dans les régions de la Yakoutie occidentale près du mélèze de Daurien, les ruptures entre les bons rendements en graines sont répétées après 2-3 ans. Une absence complète de fructification dure rarement plus de deux années consécutives (Karpel, Medvedeva, 1977).

L'analyse des estomacs de 2002 (tableau 2) a montré que les graines de conifères et les champignons sont le principal aliment protéique en octobre-novembre. Ainsi, pendant quatre des quatorze saisons de pêche, les graines de conifères ont prédominé dans la nutrition des protéines en termes de volume de contenu stomacal, et pour sept champignons. D'autres objets alimentaires jouent un rôle secondaire à cet égard. Les années où ces flux étaient complètement absents, nous n'avons pas fêté, c'est à dire L'écureuil de la Yakoutie occidentale a une bonne base fourragère, ce qui lui donne la possibilité de survivre à l'hiver en toute sécurité.

Les travaux de comptabilité effectués en septembre - début octobre ont montré que l'abondance des écureuils avant la récolte dans les principales stations (épinette, feuillage et forêt mixte) variait au fil des années et dépendait du rendement en graines de conifères et de champignons (tableau 3).

Par exemple, en 1989, le rendement en graines de mélèze et de champignons était faible et la protéine se répartissait uniformément sur tous les types de terres. Ainsi, le nombre moyen d'animaux dans la région en octobre par 10 km de route était de 1,4, et la population avant la pêche était de 140 mille têtes, soit par rapport à 1986, il a diminué de 1,5 fois (140 contre 212 milliers d'unités). Le volume d'achat de peaux d'écureuils dans la région en 1989 par rapport à 1986 a diminué de 2 fois (79,9 milliers d'unités contre 157,0 milliers d'unités). Une image quelque peu différente de la répartition des protéines sur les terres a été observée en 1990, car cette année a été caractérisée par une récolte de graines de mélèze. En moyenne, il y avait 2,7 animaux par 10 km de parcours, et le nombre de pré-récolte de l'espèce a augmenté de 96 000 animaux par rapport à 1989 (238 contre 140 000 animaux).

Tableau 2. Valeur de divers groupes alimentaires dans le régime alimentaire des protéines courantes en Yakoutie occidentale (% du volume total du contenu stomacal)

Groupe d'alimentation par année

Graines de conifères Champignons Baies Autres aliments d'origine végétale Aliments pour animaux

1985 22.6 45.2 18.4 13.8 -

1986 55.5 29.1 9.5 4.2 1.7

1987 51.9 22.2 9.3 18.4 0.5

1988 27.6 63.7 8.7 - -

1989 24.1 16.3 21.8 37.8 -

1990 65.4 32.5 2.1 - -

1991 38.3 22.5 12.7 25.6 0.9

1992 27.3 29.6 18.1 22.5 2.5

1993 21.8 66.3 2.5 6.8 2.6

1994 24.5 59.7 4.2 11.6 -

2001 26.5 22.7 22.8 26.5 1.5

2003 38.2 54.3 7.5 - -

2004 41.4 52.3 6.3 - -

2005 38.6 48.5 12.3 0.6 -

En 1992, le rendement en graines de mélèze et champignons était faible. Le nombre d'écureuils dans les terres était de 1,9 animal par 10 km de route, et le nombre avant la pêche était de 167 mille animaux. Une situation similaire a été observée en 2001 (tableau 2).

En 2003, le rendement en graines de mélèze était moyen, à certains endroits un bon rendement en champignons a été constaté. À l'automne, l'écureuil s'est installé sur tous les types de terres, et le nombre d'animaux par 10 km de route en septembre-octobre s'élevait à 2,1 dans la région, et le nombre de pré-récolte a augmenté de 53 000 par rapport à 2001 (185 contre 132 000) .

En 2004, un bon rendement en graines de mélèze et d'épinette a été noté dans la région, et il y avait un rendement élevé en baies et champignons. Le nombre d'animaux par 10 km de parcours était de 2,9, et le nombre de pré-récolte a augmenté de 70 000 têtes par rapport à 2003 (255 contre 185 000).

En 2005, il y avait un rendement moyen de graines de mélèze et un bon rendement de champignons. L'écureuil s'est réparti uniformément sur tous les types de terres, et le nombre d'animaux par 10 km de route en septembre était de 1,9, et le nombre de pré-récolte a diminué de 88 000 par rapport à 2004 (167 000 contre 255 000).

En 2008 et 2009 la région avait un rendement moyen de graines de mélèze et des mauvaises récoltes de champignons, et le nombre de pré-récolte de l'espèce était au niveau de 2002 (tableau 3).

La structure sexuelle de la population d'écureuils Yakut au cours de la période automne-hiver a été étudiée dans les années 80 du siècle dernier, et il a été constaté que, contrairement à d'autres régions de la Yakoutie, les écureuils de la Yakoutie occidentale dans la population

le pourcentage de mâles parmi les adultes et les jeunes animaux est toujours plus élevé (Belyk, 1970).

Tableau 3. L'abondance de pré-production des écureuils en Yakoutie occidentale (septembre-octobre) et le pourcentage de retrait de ses ressources

Années Nombre d'écureuils par 10 km Densité par 1000 ha Nombre, mille têtes Billettes, mille têtes Pourcentage d'enlèvement

1986 2.4 10.8 212.0 157.0 74.0

1989 1.4 6.3 140.0 79.9 57.1

1990 2.7 12.1 238.0 87.2 36.6

1992 1.4 6.3 124.0 31.7 25.5

1993 2.5 11.2 220.0 65.8 30.0

2000 2.2 9.9 194.0 15.0 7.7

2001 1.5 6.7 132.0 24.5 18.5

2002 1.7 7.6 149.0 52.0 35.0

2003 2.1 9.4 185.0 47.5 25.6

2004 2.9 13.0 255.0 33.0 13.0

2005 1.9 8.5 167.0 41.8 25.0

2006 2.2 9.9 195.0 52.1 26.7

2007 2.4 10.8 212.0 42.8 20.2

2008 1.8 8.1 159.0 56.2 35.3

2009 1.6 7.2 142.0 25.0 17.6

Cependant, selon nos données (tableau 4), chez les adultes, une ambiguïté est apparue concernant les sexes. Ainsi, dans une période de faible abondance (1989, 1992 et 2001), la prédominance des femelles a été notée chez les individus adultes. Apparemment, cela est dû à la mort intense des hommes. Selon les données de la littérature (Bolshakov, Kubantsev, 1984), les mâles des écureuils meurent généralement plus intensément que les femelles, car parmi les jeunes animaux, les mâles prédominent dans une plus grande mesure que chez les animaux adultes. Chez les jeunes animaux, les mâles ont toujours prédominé dans nos collections (tableau 4).

L'analyse de la composition par âge des protéines (tableau 5) a montré que les yearlings de 58,2 à 69,3% prédominent dans la population. La structure par âge de la population change fortement au fil des ans et cela est dû à différentes intensités de reproduction des protéines. Selon nos données, parmi les animaux ayant hiverné, des individus âgés de 1 à 2 ans ont prévalu et constituaient de 15,6 à 23,6% de la population. Les protéines de 4 ans et plus étaient peu nombreuses - de 1,1 à 2,5%, ce qui indique l'existence de la mortalité la plus élevée dans ce groupe d'âge.

L'écureuil yakout apporte, en règle générale, une génération (Popov, 1977). La fécondité moyenne (selon le nombre de taches post-partum) des femelles (selon les données d'autopsie de 114 femelles) était de 6,5. La taille des générations a varié au fil des ans. Par exemple, en 1986 (n = 15) au sommet du nombre de fruits

le taux de protéines était 1,9 plus élevé qu'en 1992 (n = 12) avec dépression (7,4 ± 0,34 contre 5,5 ± 0,18). Ces différences sont statistiquement significatives (, = 3,6).

Tableau 4. Composition sexuelle des protéines en Yakoutie occidentale,%

Années Nombre d'animaux Adultes Jeune

mâles femelles mâles femelles

1985 164 17.7±2.9 14.1±2.7 35.9±3.7 32.3±3.6

1986 215 16.2±2.5 14.5±2.4 36.3±3.3 33.0±3.2

1987 202 16.3±2.6 14.4±2.4 37.1±3.4 32.2±3.3

1988 177 17.5±2.8 15.8±2.7 36.5±3.6 30.2±3.4

1989 207 17.2±2.6 20.5±2.8 34.3±3.3 28.0±3.1

1990 144 18.3±3.2 13.8±2.9 36.2±4.0 31.7±3.8

1991 89 19.1±4.1 18.0±4.1 33.5±4.6 29.4±4.8

1992 102 16.7±3.7 24.5±4.2 31.4±4.6 27.4±4.4

1993 195 16.6±2.6 15.8±2.6 35.4±3.4 32.2±3.3

1994 112 17.8±3.6 13.3±3.2 34.8±4.5 32.1±4.4

2001 86 18.6±4.2 23.2±4.5 31.3±4.6 26.9±4.7

2003 91 19.7±4.1 15.4±3.7 35.3±4.5 29.6±4.8

2004 112 18.7±3.7 15.2±3.4 35.7±4.5 30.4±4.3

2005 101 16.8±3.6 13.9±3.4 35.6±4.7 33.7±4.1

Le rendement annuel de jeunes animaux par femelle adulte variait de 2,5 (1989) à 5,0 (1994 et 2001) écureuils. La raison d'une si grande différence, apparemment, est le manque de nourriture, l'influence de la zibeline ou des facteurs climatiques, en particulier, une diminution de la température de l'air lors de l'apparition de jeunes animaux.

Par exemple, à l'automne 1954, dans le district d'Olekminsky, 2 écureuils pour une femelle adulte. Un taux aussi bas n'est pas dû au manque de nourriture, mais à la mort de jeunes animaux due à des températures de l'air plus basses lors de la naissance de jeunes animaux (Tavrovsky, 1958).

Les données fiables sur l'influence de la zibeline sur l'abondance des protéines en Yakoutie sont absentes, car les protéines en hiver ne sont pas le principal aliment dans la nutrition de la zibeline. Selon nos données (Sedalishchev, 2001), la protéine dans l'alimentation de la zibeline en Yakoutie occidentale en hiver est de 1,3 à 2,8%. Cependant, dans le sud-ouest de la Yakoutie, cet indicateur est plus élevé, passant de 3,8 à 9,1% (Gryaznukhin, 1971).

L'état actuel des réserves de protéines en Yakoutie occidentale peut augmenter considérablement le niveau de ses stocks. Les ressources en protéines de la région pour la période 2000-2009 sont, en moyenne, assimilées de 22,4%, et par rapport à 1986, cet indicateur a diminué de 3,3 fois. Cependant, il est plus élevé qu'en Yakoutie centrale, où le développement des ressources en protéines est de 10% (Sedalishchev, 2010), et 7% des animaux sont retirés de la population en Yakoutie dans son ensemble (Monakhov, 2010).

La diminution des blancs de peau d'écureuil dans la région est due au fait que la structure des blancs a changé au cours des 30 dernières années. Les chasseurs préfèrent se procurer de la fourrure-sable chère, dont la peau

la corne est 37 fois plus chère que l'écureuil (en 2009, la peau de zibeline était estimée à 1786 roubles et l'écureuil à 48 roubles).

Tableau 5. Structure d'âge des protéines en Yakoutie occidentale,%

Années Nombre d'animaux Âge en années

0-1 1-2 2-3 3-4 4 et plus

1985 164 68.2±3.6 15.6±2.7 8.7±1.9 5.4±1.7 2.1±1.7

1986 215 69.3±3.1 15.7±2.4 8.5±1.7 4.2±1.3 2.3±1.1

1987 202 69.3±3.1 15.4±2.1 8.9±2.0 3.9±1.4 2.5±1.1

1988 177 66.7±3.2 15.7±2.3 11.3±1.9 4.5±1.5 1.8±0.9

1989 207 62.3±3.4 18.8±2.7 11.2±2.2 5.3±1.5 2.4±1.1

1990 144 68.0±3.8 16.2±2.8 8.2±2.3 6.2±2.1 1.4±0.9

1991 89 62.9±4.8 19.4±3.9 9.6±2.9 6.1±2.4 2.0±1.4

1992 102 58.8±4.9 23.6±4.2 10.8±3.1 4.9±2.1 1.9±1.3

1993 195 67.6±3.2 17.4±2.4 8.2±1.9 4.6±1.5 2.2±1.1

1994 112 66.9±4.2 16.8±3.4 8.9±2.6 5.3±2.1 2.1±1.5

2001 86 58.2±5.3 19.8±4.3 10.4±3.3 9.3±3.1 2.3±1.5

2003 91 64.9±5.7 17.5±3.9 9.8±3.1 5.5±2.4 2.3±1.9

2004 112 66.1±4.2 17.2±3.3 10.4±2.5 4.5±1.9 1.8±1.2

2005 101 69.3±4.6 16.8±3.7 7.9±2.7 4.9±2.1 1.1±1.3

En Yakoutie occidentale, la zibeline n'a pas été produite pour la ré-acclimatation. La région était peuplée (le bassin de la rivière Vilyuya) en raison de la migration de la zibeline de la population locale Zhigan-Olenek et d'individus libérés dans les régions sud-ouest des sables de Vitim et également du territoire de Krasnoïarsk (Belyk et al., 1990, Sedalishchev, 2001).

Le développement des ressources de sable en Yakoutie occidentale a commencé en 1970. 1,2 mille sables ont été produits cette année et la récolte a augmenté chaque année (Sedalishchev, 2001). Ainsi, pour la période de 1970 à 1979, en moyenne 1,7 mille peaux de zibeline ont été extraites par an, et les peaux d'écureuil - 122,1 mille pièces. En 1980-1989 la récolte annuelle moyenne de peaux d'écureuil par rapport à la période précédente a diminué de 31,1 mille unités, et l'approvisionnement en peaux de zibeline a augmenté de 2,5 mille unités. En 2001-2009 la récolte annuelle moyenne de peaux de zibeline s'est élevée à 5,6 milliers de morceaux et les peaux d'écureuil à 40,0 milliers de morceaux. Par rapport à la période 1970-1979. la récolte annuelle moyenne de peaux de zibeline pour cette période a augmenté de 3,3 fois (5,6 contre 1,7 mille unités) et les écureuils ont diminué de 3,0 fois (40,0 contre 122,1 mille unités).

En outre, la raison de la sous-utilisation des ressources en protéines est le manque de pêche non autorisée et, en relation avec cela, il y a eu une réduction du temps de chasse. Si dans les années 30-40 du siècle dernier la "protéination" s'est poursuivie tout au long de la saison de chasse, c'est-à-dire 3-4 mois, maintenant le temps de la chasse est limité au noir-tropique et aux petites neiges. Selon le moment où la neige tombe, ils «protéinisent» pendant 10 à 30 jours, c'est-à-dire les conditions de pêche ont été réduites d'environ 9 fois.

En conséquence, le lien entre le gibier et la biocénose locale a radicalement changé. Dans certains cas, certaines espèces ont remplacé d'autres dans la nature et la pêche (sable - protéine). Cependant, la productivité économique globale du territoire (terre) est restée à peu près la même.

Androsov I.A., Sedalishchev V.T. A propos des raisons de la diminution des stocks de protéines en Yakoutie // Résumés des rapports de la Conférence scientifique pan-syndicale sur la surveillance environnementale des systèmes terrestres. 4. Irkoutsk, 1982.P. 108.

Belyk V.I. Sur l'étude de la dynamique des populations et la prédiction du nombre de protéines en Yakoutie // Problèmes de chasse et d'élevage. M.: Économie, 1965.S.155-161.

Belyk V.I. À la connaissance de la dynamique du nombre de protéines en Yakoutie // Matériaux de l'All-Union. production scientifique réunions de protéines. Kirov, 1967, 16-19.

Belyk V.I. Structure sexuelle et par âge des populations de l'écureuil Yakut pendant la saison automne-hiver // Densité optimale et structure optimale des populations animales. Vol. 2. Sverdlovsk, 1970. S. 108-110.

Belyk V.I., Sedalishchev V.T., Anikin R.K., Plesnivtsev V.V. Résultats de la ré-acclimatation de la zibeline en Yakoutie // Intensification de la reproduction des ressources du gibier. Collection d'ouvrages scientifiques de VNIIOZ. Kirov, 1990.S. 194-206.

Bolshakov V.N., Kubantsev B.S. Structure sexuelle des populations de mammifères et sa dynamique. M.: Nauka, 1984. 233 p.

Gryaznukhin A.N. À propos des raisons de la réduction des stocks de zibelines et d'écureuils dans le district de Lena en Yakoutie // Nature Protection of Yakutia. Matériel de la 5ème réunion républicaine.pour la protection de la nature de la Yakoutie. Irkoutsk, 1971.P.191-195.

Egorov O.V. Ecologie et pêche de l'écureuil Yakut. M., L.: Maison d'édition de l'Académie des sciences de l'URSS, 1961.267 p.

Karpel B.A., Medvedeva N.S. Fructification du mélèze daurien en Yakoutie. Novosibirsk: Nauka, 1977.118 p.

Kiris I.D. Méthodes et techniques de détermination de l'âge et analyse de la composition par âge de la population protéique // Bull. Mosk. Îles test Nature, 1937. Dep. Biol. T. 46. Numéro. 1, p. 36-42.

Monakhov V.G. Sur le problème du développement irrationnel des ressources de chasse et de pêche // Protection et utilisation rationnelle des ressources animales et végétales. Nomination du matériel de la conférence scientifique et pratique internationale consacrée au 60e anniversaire de la Faculté de chasse. V.N. Scalon. Irkoutsk, 2010.S.133-138.

Novikov G.A. Etudes de terrain sur l'écologie des vertébrés terrestres. M.: Sov. Science, 1953. 502 p.

Popov M.V. Clé des mammifères de Yakoutie. Novosibirsk: Science, 1977.

Revin Yu.V. Diminution de l'abondance de l'écureuil commun (Sciurus vulgaris) en Yakoutie du Sud: l'étendue et les causes possibles // Études thérapeutiques en Yakoutie. Yakutsk: NF SB RAS URSS, 1983.P.3-28.

Sedalischev V.T. La dynamique de l'abondance de l'écureuil commun (Sciurus vulgaris L., 1758) en Yakoutie centrale // Ressources biologiques. Collection d'articles scientifiques. Partie 1. Chasse. Kirov, 2010.S.250-252.

Sedalischev V.T. Matériaux sur l'écologie de la zibeline en Yakoutie occidentale // Utilisation rationnelle des ressources de zibeline en Russie. Krasnoyarsk, 2001.S.139-143.

Sedalishchev V. T., Larionov M.I. Pêche aux écureuils en Yakoutie // Chasse et chasse. 1989, n ° 12. P. 23.

Tavrovsky V.A. Moyens d'augmenter les ressources à fourrure de la Yakoutie // Problèmes du Nord. M .: Maison d'édition de l'Académie des sciences de l'URSS, 1958. Numéro. 1, pp. 200-210.

Schwartz S.S., Smirnov V.S., Dobrinsky L.N. Méthode des indicateurs morphophysiologiques dans l'écologie des vertébrés terrestres. Sverdlovsk: UC AN SSSR, 1968. Numéro. 58.387 s.

Shcherbakov I.P. Couverture forestière du nord-est de l'URSS. Novossibirsk: Science. Sib. Séparation, 1975.344 s.

Mode de vie et biologie

Ils préfèrent rester dans des forêts mixtes mûres avec un minimum de sous-bois. Les grandes forêts sont généralement évitées.

On les trouve dans les savanes, le long des pelouses dans les forêts de chênes, le long des bandes étroites de forêt le long des rivières. Passez beaucoup de temps sur la terre. Ils se nourrissent de glands, de noix, ainsi que de champignons, d'insectes, d'oeufs d'oiseaux et de poussins. Au printemps, ils mangent des bourgeons, des fleurs.

Reproduction avec deux pics: en février - mars et juillet-août. La grossesse est d'environ 45 jours. Dans les portées 2-4, généralement 3 oursons. La femelle apporte des petits dans un creux.

Pin
Send
Share
Send